page-basics-iufn-s

Et si on mangeait local …

Promoting city region food systems in France IUFN-MEDDE workshop 2015 (c) IUFNCe n’est plus un futur ou une tendance mais une réalité. Celle de consommateurs face aux crises alimentaires successives, celle d’agriculteurs et de producteurs en pleine crise agricole, en quête d’autres débouchés que le système alimentaire conventionnel. 20 % des producteurs utilisent aujourd’hui les AMAP, sites ou magasins de vente directe, etc. comme mode de commercialisation.

Le rapport d’information conduit par la députée de Dordogne Brigitte Allain sur l’ancrage territorial de l’alimentation, traduit cette aspiration citoyenne pour une alimentation durable, de proximité et de qualité comme une opportunité pour les territoires et les collectivités locales. Il s’agit de « Changer d’échelle en régionalisant les filières agricoles et agro-alimentaire pour un approvisionnement alimentaire local. C’est bénéfique pour l’emploi, l’environnement et la vie des territoires ruraux et urbains. » souligne la députée.

Les projets alimentaires territoriaux (PAT) inscrits dans la Loi d’orientation agricole de 2014, sont une première réponse et la restauration collective, une porte d’entrée concrète dans cette démarche en permettant aux producteurs, collectivités et consommateurs d’oeuvrer à une orientation stratégique vers des débouchés locaux.

76 % des français se disent favorables au vote d’une loi imposant l’introduction d’aliments bios, locaux et de saison dans la restauration collective publique (sondage IFOP janvier 2016) et les pionniers l’affirment, manger local et bio à la cantine c’est possible et sans surcoût.

Il donc temps de reconnaître ces attentes, de les favoriser en leur offrant un cadre législatif clair pour soutenir la production, la transformation, la commercialisation et la consommation de produits alimentaires durables et locaux.

Ce sont les objectifs concrets du projet de loi qui prévoit l’introduction en restauration collective publique de 40 % d’aliments relevant de l’alimentation durable dont 20 % issus de l’agriculture biologique. L’utilisation du label « Fait Maison » dans cette restauration viendra reconnaître et valoriser le travail des cuisiniers. Les entreprises pourront intégrer dans leur rapport « Responsabilité sociale et environnementale » (RSE) des informations sur leurs engagements en faveur de l’alimentation durable (choix de produits, lutte contre le gaspillage alimentaire ou le suremballage…). Les plans régionaux d’agriculture durable (PRAD) deviennent les plans régionaux de l’agriculture et d’alimentation durable (PRAAD) et des comités régionaux pour l’alimentation sont créés. Les régions ont désormais un rôle majeur dans la mise en place des stratégies alimentaires via leur compétence « développement de territoire ». Enfin, l’observatoire de l’alimentation, des circuits-courts et de proximité sera en lien avec les observatoires régionaux pour visibiliser les bonnes pratiques, valider les modèles économiques soutenables et viables.

Lire l’interview avec Brigitte Allain, Députée EELV de la Dordogne, auteure du projet de loi Allain sur l’ancrage territorial de notre alimentation.

Lire l’interview avec Joël Labbé, Sénateur EELV du Morbihan, rapporteur de la loi Allain.